Retour à l’Accueil ( Rosaire-de-Marie.fr )

Retour à tous les sermons du Saint curé d’Ars

 

5ème dimanche après la Pentecôte.
Sur
le deuxième Commandement de Dieu

« Dieu en vain tu ne jureras, Ni autre chose pareillement. »

Il est bien étonnant, M.F., que le bon Dieu soit obligé de nous faire un commandement pour nous défendre de profaner son saint nom. Peut-on bien concevoir, M.F., que des chrétiens puissent se livrer au démon, au point de lui être un instrument dont il se serve pour maudire un Dieu si bon et si bienfaisant ? Peut-on bien concevoir qu'une langue, qui a été consacrée au bon Dieu par le saint Baptême, et tant de fois arrosée par son sang adorable, soit employée à maudire son Créateur ? Le pourrait-il faire, celui qui croirait véritablement que le bon Dieu ne la lui a donnée que pour le bénir et chanter ses louanges ? Vous conviendrez avec moi que c'est là un crime épouvantable, qui semble forcer le bon Dieu à nous accabler de toutes sortes de malheurs, et à nous abandonner au démon, à qui nous obéissons avec tant de zèle. Ce crime fait dresser les cheveux de la tête à toute personne qui n'a pas encore entièrement perdu la foi. Cependant, malgré la grandeur de ce péché, son horribilité et sa noirceur, y a-t-il un péché plus commun que le jurement, les blasphèmes, les imprécations et les malédictions ? N'a-t-on pas la douleur de voir sortir même de la bouche des enfants, qui à peine savent leur Notre Père, ces sortes de jurements, capables d'attirer toutes sortes de malheurs sur une paroisse ? Je vais donc, M.F., vous montrer ce que l'on entend par jurements, blasphèmes, reniements, imprécations et malédictions. Tâchez, pendant ce temps-là, de bien dormir : afin qu'au jour du jugement, vous ayez fait le mal sans savoir ce que vous faisiez, et que vous soyez damnés parce que votre ignorance sera toute votre faute.

I. – Pour vous faire comprendre la grandeur de ce péché, M.F., il faudrait pouvoir vous faire comprendre la grandeur de l'outrage qu'il fait au bon Dieu ; ce qui ne sera jamais donné à un mortel. Non, M.F., il n'y a que l'enfer, il n'y a que la colère, la puissance et la fureur d'un Dieu, toutes réunies sur ces monstres infernaux qui puissent faire sentir la grandeur de son atrocité ; non, non, M.F., n'allons pas plus loin, il faut pour cela un enfer éternel. D'ailleurs, ce n'est pas mon dessein : je vais seulement vous faire connaître la différence qu'il y a entre les jurements, les blasphèmes, les reniements, les imprécations, les malédictions et les paroles grossières. Une bonne partie les confondent et prennent une chose pour l'autre ; ce qui est cause que, presque jamais vous ne vous accusez de vos péchés comme il faut, ce qui vous expose à faire de mauvaises confessions, et par conséquent, à vous damner. Le deuxième commandement, qui nous défend de faire des serments faux, inutiles et de se parjurer, s'exprime en ces termes : « Vous ne prendrez point le nom du Seigneur, votre Dieu, en vain. » C'est comme si le Seigneur nous disait : « Je vous ordonne et vous commande de révérer ce nom, parce qu'il est saint et adorable ; je vous défends de le profaner en l'employant pour autoriser le mensonge, l'injustice et même la vérité, sans une raison suffisante ; » et Jésus-Christ nous dit de ne le jurer en aucune manière.
Je dis 1° que les personnes peu instruites confondent souvent les blasphèmes avec les jurements. Un malheureux, dans un moment de colère, ou plutôt de fureur, dira : « Le bon Dieu n'est pas juste de me faire souffrir ou perdre cela. » Par ces mots, il a renié le bon Dieu ; il s'accusera en disant : « Mon père, je m'accuse d'avoir juré, » or, ce n'est pas un jurement, mais un blasphème qu'il a proféré. Une personne sera accusée faussement d'une faute qu'elle n'a pas faite ; elle dira pour se justifier : « Si j'ai fait cela, je ne veux jamais voir la face de Dieu ! » Ce n'est pas un jurement, mais une horrible imprécation. Voilà deux péchés qui sont bien aussi mauvais que les jurements. Un autre, qui aura dit à son voisin qu'il est un voleur, un coquin, s'accusera « d'avoir juré après son voisin. Ce n'est pas jurer, mais c'est lui dire des injures. Un autre dira des paroles sales et déshonnêtes, et s'accusera d'avoir dit de mauvaises raisons. » Vous vous trompez, il faut dire que vous avez dit des obscénités. Voici, M.F., ce que c'est que jurer : c'est prendre le bon Dieu à témoin de ce que l'on dit ou promet ; et le parjure est un serment qui est faux : c'est-à-dire, c'est quand on jure pour un mensonge.
Le nom du bon Dieu est si saint, si grand et si adorable que les anges et les saints, nous dit saint Jean, disent sans cesse dans le ciel : « Saint, saint, saint, est le grand Dieu des armées ; que son saint nom soit béni dans tous les siècles des siècle ! Lorsque la sainte Vierge alla visiter sa cousine Elisabeth, et que cette sainte lui dit : « Que vous êtes heureuse d'avoir été choisie pour être la mère de Dieu ! » la sainte Vierge lui répondit : « Celui qui est tout-puissant, et dont le nom est saint, a fait en moi de grandes choses. » Nous devrons donc, M.F., avoir un grand respect pour le nom du bon Dieu, et nous ne le prononcerons qu'avec une grande vénération et jamais en vain. Saint Thomas nous dit que de prononcer le nom du bon Dieu en vain, c'est un grand péché ; qu'il n'en est pas de ce péché comme des autres : dans les autres péchés, la légèreté de la matière en diminue la noirceur et la malice, et, bien souvent, ce qui serait de sa nature péché mortel, n'est plus que véniel : comme le larcin, qui est un péché mortel ; mais, si c'est de peu de chose, comme un ou trois sous, ce ne sera qu'un péché véniel. La colère et la gourmandise sont des péchés mortels ; mais une petite colère, une petite gourmandise ne sont plus que des péchés véniels. Mais pour le jurement, il n'en est plus de même : plus la matière  est légère, plus la profanation est grande. La raison en est que, plus la matière est légère, plus le mépris est grand ; comme si une personne priait le roi de lui servir de témoin pour une bagatelle, ce serait se moquer de lui et le mépriser. Le bon Dieu nous dit que celui qui jurera son nom sera puni rigoureusement. Nous lisons dans l'Écriture sainte que du temps de Moïse, il y avait deux hommes, dont l'un jura le saint nom de Dieu ; on le prit et on le mena à Moïse, qui demanda au bon Dieu ce qu'il en fallait faire. Le Seigneur lui dit de le conduire dans un champ, et d'ordonner à tous ceux qui avaient été témoins de ce blasphème, de lui mettre la main sur la tête et de l'assommer, afin d'ôter le blasphémateur du milieu de son peuple .
Le Saint-Esprit nous dit encore que celui qui est accoutumé de jurer, sa maison sera remplie d'iniquités, et que la malédiction ne sortira point de sa maison, jusqu'à ce qu'elle soit détruite . Notre Seigneur Jésus-Christ nous dit, dans l'Évangile, de ne point jurer ni par le ciel, ni par la terre, parce que ni l'un ni l'autre ne nous appartiennent. Quand vous voudrez assurer une chose, dites : « Cela est, ou n'est pas ; oui ou non ; je l'ai fait, ou je ne l'ai pas fait ; et tout ce que vous direz de plus, ne vient que du démon . » D'ailleurs, une personne qui a l'habitude de jurer, c'est une personne emportée, attachée à ses propres sentiments, et toujours elle jure, aussi bien pour le mensonge que pour la vérité. – Mais, dira-t-on, si je ne jure pas, on ne me croira pas. – Vous vous trompez ; jamais l'on ne croit une personne qui jure, parce que cela suppose une personne qui n'a point de religion, et une personne sans religion n'est pas digne d'être crue. Il y en a souvent qui ne savent pas vendre la moindre chose sans jurer, comme si leur jurement bonifiait leur marchandise. Si l'on voit un marchand qui jure en vendant, tout de suite l'on pense que cette personne n'a point de foi, qu'il faut prendre garde qu'elle ne nous trompe. Ses jurements font horreur, et on ne la croit pas. Au contraire, une personne qui ne jurera pas, nous ajouterons foi à ce qu'elle nous dit.
Nous lisons dans l'histoire un exemple rapporté par le cardinal Bellarmin, qui va vous montrer que les jurements n'avancent de rien. Il y avait, nous dit-il, dans Cologne, deux marchands qui semblaient ne pouvoir rien vendre sans jurer. Leur pasteur les engagea fort à quitter cette mauvaise habitude, parce que, bien loin d'y perdre, ils y gagneraient beaucoup ; ils suivirent son conseil. Cependant, pendant quelque temps, ils ne vendirent pas beaucoup. Ils allèrent trouver leur pasteur, en lui disant qu'ils ne vendaient pas autant qu'il leur avait fait espérer. Le pasteur leur dit : « Prenez patience, mes enfants, vous êtes sûrs que le bon Dieu vous bénira. » En effet, au bout de quelque temps, le concours fut si grand, qu'il semblait que l'on donnait la marchandise pour rien. Ils voyaient eux-mêmes que le bon Dieu les bénissait d'une manière particulière. Le même cardinal nous dit qu'il y avait une bonne mère de famille, qui avait une grande habitude de jurer ; à force qu'on lui représenta combien ces jurements étaient indignes d'une mère, et qu'elle ne pouvait qu'attirer la malédiction sur sa maison ; s'étant bien corrigée, elle avoua elle-même que depuis qu'elle avait perdu sa mauvaise habitude, elle voyait que tout réussissait chez elle, et que le bon Dieu la bénissait d'une manière particulière.
Voulez-vous, M.F., être heureux pendant votre vie, et que le bon Dieu bénisse vos maisons ? Prenez garde de ne jamais jurer, et vous verrez que tout ira bien chez vous. Le bon Dieu nous dit que dans la maison où le jurement règnera, la malédiction du Seigneur y tombera, et elle sera détruite. Et pourquoi, M.F., vous laissez--vous aller au jurement, puisque le bon Dieu le défend sous peine de nous rendre malheureux en ce monde et réprouvés dans l'autre ? Hélas ! que nous connaissons peu ce que nous faisons ! Nous le connaîtrons, mais trop tard.
En deuxième lieu, nous disons qu'il y a encore un autre jurement bien plus mauvais : c'est lorsqu'on ajoute au jurement des serments d'exécration, ce qui fait trembler. Comme les malheureux qui disent : « Si ce que je  dis n'est pas vrai, je veux bien ne jamais voir la face de Dieu. » Ah ! malheureux, vous ne risquez que trop de ne jamais la voir !... D'autres disent : « Si ce n'est pas vrai, je veux perdre ma place dans le paradis ! que le bon Dieu me damne ! ou, que le démon m'emporte !... » Ah ! vieil endurci ! le démon ne t'emportera que trop, sans que tu te donnes si longtemps d'avance à lui. Combien d'autres qui ont toujours le démon à la bouche, à la moindre chose qui ne va pas comme ils veulent !. « Ah ! le diable d'enfant, la diable de bête ou d'ouvrage !... Que tu crèves donc une fois, tant tu m'ennuies !... » Hélas ! une personne qui a si souvent le nom du démon dans la bouche, il est bien à craindre qu'elle l'ait dans le cœur ! Combien d'autres qui sont toujours après dire : « Oh ! ma foi, oui... oh ! ma foi, non... ; ah ! mâtin d'enfant ! » ou bien encore : « Pardi !... mardi !... sur ma conscience !... sur la foi des chrétiens !... »
Il y a une autre sorte de jurements, de malédictions qu'on ne pense pas de confesser, ce sont les jurements que l'on fait dans son cœur : il y en a qui croient que, parce qu'ils ne le disent pas de bouche, il n'y a point de mal : vous vous trompez grandement, mes amis. Il vous est arrivé que quelqu'un vous a fait quelque dégât dans vos terres, ou ailleurs ; vous leur jurez après dans votre cœur, et vous les maudissez en disant : « Au moins si le démon les avait emportés !... que le tonnerre les eût écrasés !... ou que ces raves ou ces truffes  les eussent empoisonnés en les mangeant !... » Et vous conserverez ces pensées combien de temps dans votre cœur ! Et vous croyez que, parce que vous ne les dites pas de bouche, ce n'est rien : mon ami, c'est un gros péché ; il faut bien vous en accuser, sans quoi vous serez perdu. Hélas ! qu'il y a peu de personnes qui connaissent l'état de leur pauvre âme, telle qu'elle est aux yeux du bon Dieu !
En troisième lieu, nous disons qu'il y en a d'autres, encore plus coupables, qui jurent non seulement pour des choses véritables, mais encore pour des chose fausses. Si vous pouviez comprendre combien votre impiété méprise le bon Dieu, vous n'auriez jamais le courage de la commettre. Vous vous comportez envers le bon Dieu comme un vil esclave qui dirait au roi : « Sire, il faut que vous me serviez de faux témoin ; » cela ne vous fait-il pas horreur, M.F. ? Le bon Dieu nous dit dans l'Écriture sainte : « Soyez saints, parce que je suis saint. Ne mentez point, et ne trompez point votre prochain, et ne vous parjurez point en prenant le Seigneur votre Dieu à témoin pour un mensonge, et ne profanez point le nom du Seigneur. » Saint Jean Chrysostome nous dit : « Si c'est déjà un grand crime que de jurer pour une chose véritable, quelle est la grandeur du crime de celui qui jure faussement, pour assurer un mensonge ! » Le Saint-Esprit nous dit que celui qui dit des mensonges périra. Le prophète Zacharie nous assure que la malédiction viendra dans la maison de celui qui jurera pour assurer un mensonge, et qu'elle y restera jusqu'à ce que cette maison soit renversée et détruite. Saint Augustin nous dit que le parjure est un grand crime et une bête féroce, qui fait un ravage effroyable. Voici ce qui augmente encore ce péché, c'est qu'il y en a qui ajoutent au jurement faux un serment d'exécration, en disant : « Si cela n'est pas vrai, je ne veux jamais voir la face de Dieu !... que Dieu me damne !... ou : que le démon m'emporte !... » Ah ! malheureux ! si le bon Dieu vous prenait au mot, où en seriez-vous ? Depuis déjà combien d'années vous brûleriez dans les enfers ! Dites-moi, M.F., peut-on bien concevoir qu'un chrétien puisse se rendre coupable d'un tel crime et d'une telle horribilité ? O mon Dieu ! un ver de terre pousse la barbarie à un tel excès ! Non, M.F., non, cela n'est pas concevable dans un chrétien.
Il faut encore examiner si vous aviez résolu de jurer ou bien de faire des serments faux, et combien de jours vous aviez eu cette pensée : c'est-à-dire, combien de temps vous avez été disposé à le faire. Une bonne partie des chrétiens n'y fait pas seulement attention, quoique ce soit un gros péché. – Mais, me direz-vous, j'y ai bien pensé, mais je ne l'ai pas fait. – Vous ne l'avez pas fait, mais votre cœur l'a fait ; et, puisque vous êtes dans la disposition de le faire, vous êtes coupable aux yeux du bon Dieu. Hélas ! pauvre religion, que l'on te connaît peu !
Nous voyons dans l'histoire un exemple frappant de la punition de ceux qui font de faux serments. Du temps de saint Narcisse, évêque de Jérusalem, trois jeunes libertins qui s'abandonnaient à l'impureté, calomniaient horriblement leur saint évêque, en l'accusant des crimes dont ils étaient coupables eux-mêmes, dans l'espérance qu'il n'oserait pas les reprendre. Ils allèrent devant les juges en disant que l'évêque avait commis tel péché ; et ils assurèrent leurs jurements par des serments affreux. Le premier dit : « Si ce que je dis n'est pas vrai, je veux être étouffé. » Le deuxième : « Si cela n'est pas, je veux être brûlé tout vif. » Le troisième : « Si cela n'est pas, je veux perdre les yeux. » Hélas ! la justice du bon Dieu ne tarda pas de les punir : le premier fut étouffé et mourut misérablement ; le deuxième, le feu se mit dans sa maison par une fusée d'un feu de joie que l'on faisait dans la ville : il brûla tout vivant ; le troisième, quoique puni, fut plus heureux que les autres : il reconnut sa faute, en fit pénitence, et pleura tant qu'il en perdit la vue. En voici un autre exemple, qui n'est pas moins frappant. Nous lisons dans l'histoire que saint Édouard étant roi d'Angleterre, le comte Gondevin, qui était beau-père du roi, était si jaloux et si orgueilleux, qu'il ne voulait souffrir personne auprès du roi. Le roi lui dit un jour qu'il avait participé à la mort de son frère. « Si cela est, lui dit le comte, je veux que ce morceau m'étrangle. » Le roi prit ce morceau de pain, fit le signe de la croix dessus sans se douter de rien. L'autre le mangea ; mais il lui resta au gosier, l'étrangla, et il mourut sur-le-champ. Vous conviendrez avec moi, M.F., d'après ces effroyables exemples, combien il faut que ce péché soit affreux aux yeux du bon Dieu, pour qu'il veuille le punir d'une manière si terrible.
Il y a encore des pères et mères et des maîtres et maîtresses qui ont à tout moment à la bouche ces paroles : « Ah ! charogne d'enfant !... ah ! bête d'enfant !... ah ! imbécile d'enfant !... que tu crèves donc une fois, tant vous me tourmentez !... Je voudrais être aussi loin que je suis près !... Le bon Dieu ne vous punira donc pas une fois !.,.. » et en prononçant le b... et le f..., ceci a rapport aux malédictions : je vous le dis tandis que j'y pense. Oui, M.F., il y a des parents qui ont si peu de religion, qu'ils ont toujours ces mots à la bouche. Hélas ! combien de pauvres enfants sont infirmes et faibles d'esprit, revêches, vicieux, à cause des malédictions que leurs père et mère leur ont données ! Nous lisons dans l'histoire, qu'il y avait une mère qui dit à son enfant : « Tu ne crèveras donc pas, tant tu me tourmentes ? » Ce pauvre enfant tomba mort à ses pieds. Un autre qui dit à son fils : « Le démon ne t'emportera donc pas ? » L'enfant disparut sans qu'on pût savoir où il passa. Mon Dieu ! quel malheur ! malheur pour l'enfant et la mère ! Il y avait dans la province de Vallerie, un homme très respectable par sa bonne conduite. Étant un jour revenu de voyage, il appelle son domestique d'une manière assez négligée, il lui dit : « Viens donc, diable de valet, viens donc me déchausser ! » De suite sa chaussure commence à se défaire sans que personne ne la tirât. Tout épouvanté, il se mit à crier : « Retire-toi, Satan, ce n'est pas toi que j'appelle, mais c'est mon valet », de sorte que le démon s'enfuit sur-le-champ, et sa chaussure resta à moitié retirée. Cet exemple nous prouve, M.F., combien le démon roule autour de nous, pour nous tromper et nous perdre, dès que l'occasion s'en présente. C'est pour cela que nous voyons que les premiers chrétiens avaient tant d'horreur du démon, qu'ils n'osaient pas même en prononcer le nom. Vous devez donc bien prendre garde de ne jamais le prononcer, ni le laisser prononcer à vos enfants et à vos domestiques : lorsque vous les entendrez, il faut les reprendre, jusqu'à ce que vous voyez qu'ils sont corrigés.
Non seulement, M.F., il est mal fait de jurer mais encore de faire jurer les autres. Saint Augustin nous dit que celui qui est cause qu'une autre personne a juré faussement en justice est plus coupable que celui qui commet un homicide, « parce que, nous dit-il, qui tue un homme ne tue que le corps, au lieu que celui qui fait jurer faussement un autre en justice, tue son âme. » Pour vous donner une idée de la grandeur de ce péché, je vais vous montrer combien l'on est coupable, lorsque l'on prévoit que les personnes que l'on appelle en justice jureront faussement. Nous lisons dans l'histoire, qu'il y avait dans la ville d'Hippone, un bourgeois qui était un homme de bien, mais un peu trop attaché à la terre. Il voulut contraindre un homme qui lui devait quelque chose d'aller en justice. Ce misérable jura faussement, c'est-à-dire, assura qu'il ne devait rien. La nuit suivante, celui qui avait fait conduire l'autre en justice pour être payé, fut présenté lui-même devant un tribunal, où il vit un juge qui lui parla d'une voix terrible et menaçante, en lui demandant pourquoi il avait fait par-jurer cet homme ; s'il ne fallait pas plutôt perdre sa dette que de damner cette âme ; qu'il lui faisait grâce pour cette fois à cause de ses œuvres ; mais il le condamna à être fouetté avec des verges. En effet, le lendemain, il vit son corps tout en sang. – Mais, me direz--vous, si je ne fais pas jurer, je perdrai ce qu'il me doit. – Mais vous aimez donc mieux perdre son âme et la vôtre que de perdre votre argent ? D'ailleurs, M.F., soyez bien sûrs que si vous faites un sacrifice pour ne pas faire offenser le bon Dieu, vous verrez que le bon Dieu ne manquera pas de vous récompenser d'un autre côté. Cependant ceci n'arrive pas bien souvent ; mais il faut bien prendre garde de ne jamais donner des cadeaux, ni solliciter ceux qui doivent déposer contre vous en justice de ne pas dire la vérité : vous les damneriez et vous aussi. Si vous aviez fait cela, et que l'on eût condamné quelqu'un qui ne le méritât pas, parce que vous avez dit un mensonge, vous seriez obligés de réparer tout le mal que cela a fait et de dédommager la personne, soit dans son bien, soit dans sa réputation, et autant que vous le pourrez, sans quoi vous serez damnés. Il faut encore voir si vous n'avez pas eu la pensée de jurer à faux, et combien de temps cette pensée vous est restée dans l'esprit. Il y en a qui croient que parce qu'ils ne l'ont pas dit, il n'y a point de mal. Mon ami, quoique vous ne l'ayez pas dit, votre péché est commis, puisque vous êtes dans la disposition de le faire. Voyez encore si vous n'avez pas donné des demi-conseils. Une personne vous dira : « Je crois que je vais être appelée en justice pour un tel ; qu'en penses-tu ? J'ai envie de ne pas dire ce que j'ai vu, pour ne pas le faire condamner : l'autre a bien plus de quoi payer ; cependant je vois que je vais faire mal. » Vous lui direz : « Ah ! le mal n'est pas bien grand... Tu vas trop lui porter perte... »  Si d'après cela il jure à faux, vous êtes obligé, si celui à qui vous avez conseillé n'a pas de quoi dédommager l'autre, de le faire vous-même. Voulez-vous, M.F., savoir ce qu'il vous faut faire en justice et ailleurs ? Écoutez Jésus-Christ lui-même, qui nous dit : « Plutôt que de plaider, si l'on vous demande votre robe de dessus, donnez celle de dessous , parce que cela vous est beaucoup plus avantageux que de plaider. » Hélas ! qu'un procès fait commettre de péchés ! que d'âmes les procès damnent par ces serments faux, ces haines, ces tromperies et ces vengeances !
Mais, voici, M.F., les serments qui se font le plus souvent, ou plutôt, à tout bout de champ. Quand nous disons quelque chose à quelqu'un, s'il ne veut pas nous croire, nous jurons même avec serment. Les pères et mères, les maîtres et maîtresses doivent bien prendre garde à cela : souvent leurs enfants ou leurs domestiques ont fait quelque faute, ils les pressent de leur dire, si c'est eux ; et les enfants ou les domestiques, crainte d'être battus ou grondés, jureront combien de fois que ce n'est pas vrai, qu'ils veulent bien ne pas bouger de la place, si cela est. Il vaut bien mieux ne rien dire et en souffrir la perte, que de les faire damner. D'ailleurs, qu'avancez-vous ? Vous offensez tous le bon Dieu, et puis, c'est tout ce que vous avez. Quel regret, M.F., si, au jour du jugement, vous voyez ces pauvres enfants damnés pour une bagatelle et une chose de rien.
Il y en a encore d'autres qui jurent ou promettent de faire ou de donner quelque chose à un autre, sans avoir l'intention de le faire. Il faut bien examiner avant de promettre une chose, si on pourra la faire. Avant de la promettre, il ne faut jamais dire : « Si je ne fais pas cela, je veux bien ne jamais voir le bon Dieu, ne pas bouger de la place. » Prenez garde, M.F., ce sont des péchés plus horribles que vous ne pouvez le comprendre. Si, par exemple, vous avez, dans un accès de colère, promis de vous venger, il est bien certain qu'il ne faudrait pas le faire ; mais, au contraire, bien en demander pardon au bon Dieu. Le Saint-Esprit nous dit que celui qui jurera sera puni...

II – 1° Si vous me demandez ce que l'on entend par ce mot de blasphème... Ce péché, M.F., est si horrible, qu'il semble que des chrétiens ne devraient pas avoir la force de le proférer. Le blasphème est un mot qui veut dire maudire et détester une beauté infinie, ce qui indique que ce péché s'attaque directement au bon Dieu. Saint Augustin nous dit : « Nous blasphémons lorsque nous attribuons au bon Dieu quelque chose qu'il n'a pas ou qui ne lui convient pas, ou bien qu'on lui ôte ce qui lui convient, ou enfin, quand on s'attribue, à soi-même ce qui convient à Dieu, et qui n'est dû qu'à lui seul. » Je dis donc que nous blasphémons : 1° lorsque nous disons que le bon Dieu n'est pas juste d'en faire de si riches et qui ont tout en abondance, tandis que tant d'autres sont si misérables, qu'ils ont à peine du pain à manger ; 2° qu'il n'est pas si bon que l'on dit, puisqu'il laisse tant de personnes dans le mépris et les infirmités, tandis que d'autres sont aimées et respectées de tout le monde. ; 3° ou bien en disant que le bon Dieu ne voit pas tout, qu'il en fait pas attention à ce qui se passe sur la terre : 4° ou encore en disant : « Si le bon Dieu fait miséricorde à un tel, il n'est pas juste ; il en a trop fait ; » 5° ou bien, quand nous faisons quelque perte, et que nous nous emportons contre le bon Dieu en disant : « Ah ! que je suis malheureux ! le bon Dieu ne m'en peut pas faire davantage ! je crois qu'il ne me sait pas au monde, ou s'il me sait, ce n'est que pour me faire souffrir ! » C'est aussi un blasphème que de se moquer de la sainte Vierge et des saints, en disant : « En voilà un qui n'a pas grand pouvoir : j'ai fait tant de prières, je n'ai jamais rien obtenu. »
Saint Thomas nous dit encore que le blasphème est une parole injurieuse, outrageuse contre le bon Dieu ou contre les saints ; ce qui se fait en quatre manières : 1° Par affirmation, en disant : « Le bon Dieu est un cruel et un injuste de permettre que je souffre tant de maux, que l'on me calomnie de la sorte, que l'on me laisse perdre cet argent ou ce procès. Ah ! que je suis malheureux ! tout périt chez moi, je ne puis rien avoir ; tandis que tout réussit chez les autres. » 2° On blasphème en disant que le bon Dieu n'est pas tout-puissant, et que l'on peut faire quelque chose sans lui. Ce fut ce blasphème que Sennachérib, roi des Assyriens, proféra, lorsqu'il assiégea la ville de Jérusalem, en disant que, malgré le bon Dieu, il prendrait la ville. Il se moquait de Dieu, en disant qu'il n'était pas assez puissant pour lui empêcher d'entrer et de mettre tout à feu et à sang. Mais le bon Dieu, pour punir ce misérable de son blasphème et lui montrer qu'il était tout-puissant, lui envoya un ange qui, dans une seule nuit, lui tua cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Le roi, le lendemain, voyant toute son armée égorgée, sans savoir par qui, s'enfuit, tout épouvanté à Ninive, où il fut tué lui--même par ses deux enfants. 3° On blasphème, lorsqu'on attribue à une créature ce qui n'est dû qu'à Dieu, comme ces misérables qui diront à une créature infâme qui sera l'objet de leur passion : « Je vous aime de toute la tendresse de mon cœur... Je vous suis si attaché, que je vous adore ! » Crime qui fait horreur, et cependant bien commun, du moins dans l'action. 4° On blasphème, en disant : « Ah ! S... N... de D... » Cela fait horreur !
Ce péché est si grand et si affreux aux yeux de Dieu, qu'il attire toutes sortes de malheurs sur la terre. Les Juifs avaient tant d'horreur des blasphèmes, que, quand ils entendaient quelqu'un qui blasphémait, ils déchiraient leurs habits. Ils n'osaient pas même prononcer ce mot, ils l'appelaient : Bénédiction. Le saint homme Job avait si peur que ses enfants eussent blasphémé, qu'il offrait des sacrifices au Seigneur dans le cas qu'ils eussent blasphémé ... Saint Augustin dit que ceux qui blasphèment Jésus-Christ étant dans le ciel, sont plus cruels que ceux qui l'ont crucifié étant sur la terre. Le mauvais larron blasphémait Jésus-Christ étant sur la croix, en disant : « S'il est Tout-puissant, qu'il se délivre et nous aussi. » Le prophète Nathan dit au roi David : « Parce que vous avez été cause que l'on a blasphémé le nom du bon Dieu, votre enfant mourra, et le châtiment ne sortira point de votre maison de toute votre vie. » Le bon Dieu nous dit : « Celui qui blasphèmera le nom du Seigneur, je veux qu'il soit mis à mort. » Nous lisons dans l'Écriture sainte qu'on amena à Moïse un homme qu avait blasphémé. Moïse consulta le Seigneur, qui lui dit qu'il fallait le mener dans un champ, et le faire mourir c'est-à-dire, l'assommer à coup de pierres .
Nous pouvons dire que le blasphème est vraiment le langage de l'enfer. Saint Louis, roi de France, avait tellement en horreur ce crime, qu'il avait ordonné que tous les blasphémateurs seraient marqués d'un fer rouge au front. Lui ayant amené un bourgeois de Paris qui avait blasphémé, plusieurs voulurent solliciter sa grâce ; mais le roi leur dit qu'il voudrait mourir lui-même pour détruire ce maudit péché, et ordonna qu'il fût puni. L'empereur Justin faisait arracher la langue à ceux qui avaient eu le malheur de commettre un si grand crime. Pendant le règne du roi Robert, le royaume de France était accablé de toutes sortes de malheurs, et le bon Dieu révéla à une sainte que tant que les blasphèmes dureraient, les châtiments dureraient. L'on porta une loi, qui condamnait tous ceux qui blasphémaient à avoir la langue percée d'un fer rouge pour la première fois, et ordonnait que, la deuxième fois, on les ferait mourir.
Prenez bien garde, M.F., que si le blasphème règne dans vos maisons, tout ira en périssant. Saint Augustin nous dit que le blasphème est un plus grand péché que le parjure ; parce que, nous dit-il, par le parjure, nous prenons le nom du bon Dieu à témoin d'une chose fausse, au lieu que par le blasphème, nous disons une chose fausse du bon Dieu. Quel crime ! qui de nous a pu jamais le comprendre ? Saint Thomas nous dit encore qu'il y a une autre sorte de blasphème contre le Saint-Esprit, qui se commet en trois façons : 1° en attribuant au démon les œuvres du bon Dieu, comme faisaient les Juifs, qui disaient que Jésus-Christ chassait les démons au nom du prince des démons ; comme faisaient les tyrans et les bourreaux, qui attribuaient à la magie et au démon les miracles que les saints faisaient ; 2° L'on blasphème contre le Saint-Esprit, nous dit saint Augustin, « quand on meurt dans l'impénitence finale. » L'impénitence est un esprit de blasphème ; puisque la rémission de nos péchés se fait par la charité, qui est le Saint-Esprit ; 3° Quand nous faisons des actions qui sont directement opposées à la bonté de Dieu, comme lorsque nous désespérons de notre salut, et que nous ne voulons pas prendre tous les moyens de l'obtenir ; comme lorsque nous sommes fâchés de ce que d'autres reçoivent plus de grâces que nous. Prenez bien garde de ne jamais vous laisser aller à ces sortes de péchés, parce qu'ils sont si affreux ! Nous traitons le bon Dieu d'injuste, en disant qu'il donne plus aux autres qu'à nous.
N'avez-vous pas blasphémé, M.F., en disant qu'il n'y a de Providence que pour les riches et les méchants ? N'avez-vous pas blasphémé, quand il vous arrive quelque perte, en disant : « Mais qu'ai-je donc fait au bon Dieu de plus qu'un autre, pour que j'aie tant de malheurs ? » – Ce que vous avez fait, mon ami ! levez les yeux et vous verrez que vous l'avez crucifié. N'avez-vous pas encore blasphémé en disant que vous êtes trop tenté, que vous ne pouvez pas faire autrement, que c'est votre sort ?... Eh quoi ! M.F., vous n'y pensez pas ?... C'est que le bon Dieu vous aurait fait vicieux, colères, emportés, fornicateurs, adultères, blasphémateurs ! Vous n'avez pas la foi du péché originel qui a dégradé l'homme de l'état de droiture et de justice, dans lequel nous avons d'abord été créés ! C'est plus fort que vous... Mais, mon ami, la religion ne vient donc pas à votre aide pour vous faire connaître toute la corruption originelle ? Et vous osez, misérable, blasphémer encore contre celui qui vous l'a donnée comme le plus grand don qu'il pouvait vous faire !
N'avez-vous pas encore blasphémé contre la sainte Vierge et les saints ? Ne vous êtes-vous pas moqué de leurs vertus, de leurs pénitences et de leurs miracles ? Hélas ! dans ce malheureux siècle, combien ne trouvons--nous pas d'impies qui portent leur impiété jusqu'à mépriser les saints qui sont dans le ciel et les, justes qui sont sur la terre ; combien de personnes qui se raillent des austérités qu'ont faites les saints, et qui ne veulent ni servir le bon Dieu, ni souffrir que les autres le servent. Voyez encore, M.F., si vous n'avez pas fait répéter vos jurements et vos blasphèmes aux enfants. Ah ! malheureux, quels sont les châtiments qui vous attendent dans l'autre vie !
2° Mais, me direz-vous, quelle différence y a-t-il entre le blasphème et le reniement de Dieu ? – Il y a, M.F., une grande différence entre les blasphèmes et les reniements de Dieu. En parlant de reniement, je ne veux pas parler de ceux qui renient le bon Dieu en quittant la véritable religion : nous appelons ces personnes-là des renégats, ou des apostats. Mais je veux parler de ceux qui, en parlant, ont cette maudite habitude, par colère et par emportement, de renier le saint nom de Dieu : comme une personne qui perdra dans un marché qu'elle fera, ou au jeu, elle s'emporte contre Dieu, comme voulant faire croire qu'il en est la cause. Lorsque cela vous ar-rive, il faut que le bon Dieu essuie toutes les fureurs de votre colère, comme s'il était la cause de votre perte, ou de l'accident qui vous est arrivé. Ah ! malheureux, celui qui vous a tiré du néant, qui vous conserve et qui vous comble continuellement de biens, vous osez encore le mépriser, profaner son saint nom et le renier ; tandis que, s'il avait écouté sa justice, depuis longtemps vous seriez abîmés dans les enfers ! Nous voyons ordinairement qu'une personne qui a le malheur de commettre ces gros crimes fait une fin malheureuse. Il est rapporté dans l'histoire, qu'il y avait un homme malade et réduit à la misère. Un missionnaire étant entré chez lui pour le voir et le confesser, le malade lui dit : « Ah ! mon père, le bon Dieu me punit de mes colères, de mes emportements, de mes blasphèmes et de mes reniements de Dieu. Je suis malade depuis bien longtemps, je suis extrêmement pauvre, tout mon bien a fait une mauvaise fin ; mes enfants me méprisent et m'abandonnent, ils ne valent rien, à cause des mauvais exemples que je leur ai donnés ; il y a déjà bien longtemps que je souffre sur ce pauvre grabat ; ma langue est toute pourrie, je ne peux rien avaler sans ressentir des douleurs incroyables. Hélas ! mon père, je crains bien, qu'après avoir bien souffert en ce monde, il me faille encore souffrir dans l'autre vie. » Nous voyons même de nos jours, que ces jureurs et ces renieurs du saint nom de Dieu font presque toujours des fins malheureuses. Prenez bien garde, M.F., si vous avez cette mauvaise habitude, il faut vite vous corriger, crainte que si vous ne faites pas pénitence en ce monde, vous n'alliez la faire dans les enfers. Ne perdez jamais de vue que votre langue ne doit être employée que pour prier le bon Dieu et chanter ses louanges. Si vous avez la mauvaise coutume de jurer, il faut souvent prononcer le saint nom de Jésus avec bien du respect, pour purifier vos lèvres.
3° Si, maintenant, vous me demandez ce que l'on entend par malédiction et par imprécation ; c'est, M.F., dans un moment de colère ou de désespoir, maudire une personne, une chose ou une bête ; c'est vouloir l'anéantir ou la rendre malheureuse. Le Saint-Esprit nous dit que celui qui a souvent la malédiction à la bouche doit bien craindre que le bon Dieu ne lui accorde ce qu'il souhaite. Il y en a qui ont toujours le démon à la bouche, qui lui donnent tout ce qui les fâche. Si une bête, en travaillant, ne va pas comme ils veulent, ils la maudissent, ou la donnent au démon. Il y en a qui, quand le temps est mauvais, disent : « Maudit temps ! maudite pluie ! ah ! maudit froid ! ah ! maudits enfants ! ... » N'oubliez jamais que le Saint-Esprit nous dit qu'une malédiction prononcée en vain et légèrement, tombera sur quelqu’un. Saint Thomas nous dit que si nous prononçons une malédiction contre quelqu'un, c'est un péché mortel, si l'on souhaite ce que l'on dit. Saint Augustin nous dit qu'une mère avait maudit ses enfants, qui étaient au nombre de sept ; ils furent tous possédés du démon. L'on voit que plusieurs enfants, pour avoir été maudits de leurs parents, avaient été infirmes et misérables toute leur vie. Nous lisons qu'il y avait une fois une mère que sa fille avait fait mettre en colère, elle lui dit : « Je voudrais que le bras te séchât ! » En effet, à cette enfant, le bras lui sécha presque tout de suite .
Les gens mariés doivent bien prendre garde de ne jamais se maudire. II y en a qui, s'ils sont malheureux dans leur ménage, maudissent la femme, les enfants, les parents et ceux qui se sont mêlés du mariage. Hélas ! mon ami, tout votre malheur vient de ce que vous y êtes entré avec une conscience toute couverte de péchés. Pensez à cela devant le bon Dieu, et vous verrez que c'est la vérité. Les ouvriers ne doivent jamais maudire leur travail, ni ceux qui les font travailler ; d'ailleurs, vos malédictions ne font pas mieux aller vos affaires : au contraire, si vous preniez patience, si vous saviez bien offrir toutes vos peines au bon Dieu, vous gagneriez beaucoup pour le ciel. N'avez-vous pas encore maudit les instruments dont vous vous servez pour travailler, en disant : « Maudite bêche, maudite serpe, maudite charrue ! » et le reste. Voilà, M.F., ce qui attire toute sorte de malédictions sur vos bêtes, vos travaux et vos terres, qui souvent sont ravagées par les grêles, ou les pluies et les gelées. Ne vous êtes-vous pas maudit vous même : « Ah ! si, au moins, je n'avais jamais vu le jour !... si j'étais mort en venant au monde !... Ah ! si j'étais encore dans le néant !... » hélas ! que de péchés, dont une bonne partie ne s'accusent nullement, et n'y pensent pas même ! Je vous dirai encore que vous ne devez jamais maudire ni vos enfants, ni vos bêtes ! ni votre travail, ni le temps, parce qu'en tout cela, vous maudissez de ce que le bon Dieu fait sa sainte volonté. Les enfants doivent bien prendre garde de ne jamais donner à leurs parents occasion de les maudire, ce qui est le plus grand de tous les malheurs ; souvent un enfant maudit de ses parents est maudit du bon Dieu. Lorsque quelqu'un vous aura fait quelque chose qui vous fâchera, eh bien ! au lieu de le donner au démon, ne feriez-vous pas mieux de lui dire : « Que le bon Dieu vous bénisse ! » Alors vous seriez véritablement les bons serviteurs du bon Dieu, qui rendent le bien pour le mal.
Il y aurait encore à vous parler, sur ce commande ment, des vœux que l'on fait. Il faut bien prendre garde de ne jamais faire des vœux sans consulter. Il y a des personnes qui, quand elles sont malades, se vouent à tous les saints, et ensuite, ne se mettent pas en peine d'accomplir leurs vœux. I1 faut encore voir si vous les avez bien faits comme il faut, c'est-à-dire, étant en état de grâce, si vous les avez….  les dimanches, les fêtes d'obligation. Hélas ! que de péchés se commettent dans ces vœux ! ce qui, loin de plaire au bon Dieu, ne peut que l'offenser !
Si vous me demandiez pourquoi est-ce qu'il y en a tant maintenant qui jurent, qui font des serments faux, qui prononcent des malédictions et des imprécations affreuses et des reniements de Dieu ; je vous dirais que ceux qui se livrent à ces sortes d'horreurs sont ceux qui n'ont ni foi, ni religion, ni conscience, ni vertu, ce sont des gens en partie abandonnés du bon Dieu. Que nous serions plus heureux si nous avions le bonheur de n'employer notre langue, qui a été consacrée au bon Dieu par le saint Baptême, qu'à prier un Dieu si bon, si bienfaisant, et à chanter ses louanges ! Puisque c'est pour cela que le bon Dieu nous a donné une langue, tâchons, M F., de la lui consacrer ; afin qu'après cette vie, nous ayons le bonheur d'aller le bénir pendant toute l'éternité dans le ciel. C'est ce que je vous souhaite.