Retour à l’Accueil ( Rosaire-de-Marie.fr )

Retour à tous les sermons du Saint curé d’Ars

 

 2ème DIMANCHE DE CARÊME
l'aumône
 

Date eleeomosynam, et ecce omnia munda sunt vobis.
Donnez l'aumône, et vos péchés seront effacés.
 (S. Luc, XI, 41.)

Que pouvons-nous imaginer, M.F., de plus consolant pour un chrétien qui a été assez malheureux que de pécher, de trouver un moyen si facile de satisfaire à la justice de Dieu pour ses péchés ? Jésus-Christ, notre divin Sauveur, ne respire que notre bonheur, et il n'a laissé aucun moyen de nous le prouver. Oui, M.F., par l'aumône nous pouvons facilement racheter nos péchés et attirer sur nous les bénédictions du ciel les plus abondantes, sur nos biens et sur nous-mêmes ; disons mieux, M.F., par l'aumône nous pouvons éviter les peines éternelles. Oh ! M.F., que le bon Dieu est bon de se contenter de si peu de chose.
M.F., si le bon Dieu avait voulu, nous aurions tous été égaux. Mais non, il prévoyait qu'étant si orgueilleux nous n'aurions voulu nous soumettre ni les uns ni les autres. C'est précisément pour cela qu'il a mis des riches et des pauvres dans le monde, afin que nous puissions nous aider à nous sauver les uns et les autres. Les pauvres se sauveront en souffrant avec patience leur pauvreté et en demandant avec patience des secours aux riches. Les riches trouveront de leur côté de quoi racheter leurs péchés, en portant compassion aux pauvres et en les soulageant autant qu'ils le pourront. Vous voyez ; M.F., que de cette manière nous pouvons tous nous sauver. Si c'est un devoir indispensable aux pauvres de souffrir la pauvreté avec patience et de demander avec humilité du secours aux riches, c'est aussi un devoir indispensable aux riches de faire l'aumône aux pauvres, leurs frères, quand ils le pourront, puisque leur salut en dépend. Mais très malheureux aux yeux de Dieu est celui qui voit souffrir son frère sans le soulager, pouvant le faire. Pour vous engager à faire l'aumône autant que vous le pourrez et avec des intentions purement pour Dieu, je vais vous montrer : 1? combien l'aumône est puissante auprès de Dieu pour obtenir tout ce que nous désirons ; 2? que l'aumône enlève à ceux qui la font la crainte du jugement général ; 3? combien nous sommes ingrats, lorsque nous sommes durs envers les pauvres, puisque, en les méprisant, c'est Jésus-Christ lui-même que nous méprisons.

I. -Oui, M.F., de quelque côté que nous considérions l'aumône, le prix en est si grand qu'il est impossible de vous en faire connaître tout le mérite ; ce ne sera qu'au jour du jugement que nous en comprendrons toute la valeur. Si vous m'en demandez la raison, la voici : Nous pouvons dire qu'elle surpasse toutes nos autres bonnes actions, parce qu'une personne charitable possède ordinairement toutes les autres vertus.
Nous lisons dans l'Écriture sainte que le Seigneur dit à son prophète Isaïe : « Va dire à mon peuple que leurs crimes m'ont tellement irrité que je ne peux plus les souffrir : je vais les punir et les perdre pour jamais. » Le prophète se présente au milieu de ce peuple qui était assemblé, en disant : « Écoutez, peuple ingrat et rebelle, voici ce que dit le Seigneur votre Dieu : « Vos crimes m'ont tellement mis en fureur contre vous, que mes mains sont garnies de foudre pour vous écraser et vous perdre pour toujours. » Vous voilà donc, leur dit Isaïe sans ressource ; vous aurez beau prier le Seigneur il se bouchera les oreilles pour ne pas vous entendre ; vous aurez beau pleurer, jeûner, vous couvrir de cendres ; il ne détournera pas ses yeux vers vous ; s'il vous regarde ce ne sera que pour vous détruire. Cependant, au milieu de tant de maux, j'ai un conseil à vous donner : il est très puissant pour attendrir le cœur du Seigneur, et vous pourrez en quelque sorte le forcer de vous faire miséricorde. Voici ce que vous avez à faire : donnez une partie de votre bien à vos frères qui sont pauvres ; donnez du pain à celui qui a faim, des habits à ceux qui sont nus, et vous verrez subitement changer votre sentence. » En effet, à peine eurent-ils commencé à faire ce que le prophète leur avait conseillé que le Seigneur appela Isaïe, en lui disant : « Prophète, va dire à mon peuple qu'il m'a vaincu, que la charité qu'ils ont exercée envers leurs frères a été plus forte que ma colère. Va leur dire que je les pardonne et que je leur promets mon amitié. » O belle vertu de charité, que vous êtes puissante pour fléchir la justice de Dieu ? Mais, hélas ! que vous êtes peu connue de la plupart des chrétiens de nos jours ! Pourquoi cela, M.F. ? C'est que nous sommes trop attachés à la terre, que nous ne pensons qu'à la terre, que nous ne semblons vivre que pour la terre et que nous avons perdu de vue les biens du ciel et que nous ne les estimons pas.
Nous voyons aussi que les saints l'ont tellement aimée qu'ils croyaient impossible de se sauver sans elle.
D'abord je vous dirai que Jésus-Christ, qui à voulu nous servir de modèle en tout, la porte à l'infini. S'il a quitté le sein de son Père pour venir sur la terre, s'il est né dans la pauvreté, s'il a vécu dans les souffrances et est mort dans la douleur, ce n'est que sa charité pour nous qui l'a porté à tout cela. Nous voyant tous perdus, sa charité l'a porté à faire tout ce qu'il a fait, pour nous sauver de cet abîme de maux éternels où le péché nous avait précipités. Nous voyons que pendant qu'il était sur la terre, son cœur était si rempli de charité qu'il ne pouvait voir ni malades, ni morts, ni infirmes, sans les soulager, les ressusciter ou les consoler. Il est allé plus loin : et contentant son inclination pour les malheureux, il est allé jusqu'à faire des miracles. Un jour, voyant que ceux qui le suivaient dans ses prédications étaient sans nourriture, avec cinq pains et quelques poissons, il rassasia quatre mille hommes, sans compter les femmes et les enfants : un autre jour, il en rassasia cinq mille. Il ne s'en tint pas là. Pour leur montrer combien il était sensible à leurs misères, il se tourna vers ses apôtres, en disant d'un air de tendresse : « J'ai pitié de ce peuple qui me donne tant de marques d'attachement ; je ne puis plus y résister : Je vais faire un miracle pour les soulager. Je crains que, si je les renvoie sans leur donner à manger, ils ne meurent en chemin. Faites-les tous asseoir ; distribuez-leur cette petite provision, ma puissance suppléera à son insuffisance . » Il eut une si grande joie de pouvoir les soulager qu'il ne pensa pas même à lui.
 O vertu de charité, que vous êtes belle, que les grâces qui vous sont attachées sont abondantes et précieuses ! Aussi voyons-nous que les saints de l'ancien Testament semblaient prévoir combien cette vertu serait chérie du Fils de Dieu, et nous voyons que plusieurs font consister tout leur bonheur et passent toute leur vie à exercer cette belle et aimable vertu. Nous lisons dans l'Écriture sainte que le saint homme Tobie, qui avait été conduit en captivité en Syrie , est dans le comble de la joie de pouvoir exercer cette vertu envers les malheureux. Soir et matin, il distribuait tout ce qu'il avait à ses frères pauvres, sans jamais rien garder pour lui. Tantôt, on le voyait auprès des malades les exhortant à souffrir leurs douleurs avec soumission à la volonté de Dieu, et leur montrant combien leur récompense serait grande dansa l'éternité ; tantôt on le voyait même se dépouiller de ses propres habits pour les donner à ses frères pauvres. Un jour, l'on vint lui dire qu'un pauvre était mort, et que personne ne lui donnait la sépulture. Étant à manger, de suite il se lève, va le prendre sur ses épaules et le porte dans le lieu destiné pour cela. Se croyant près de sa fin, il manda son fils près de son lit : « Mon fils, lui dit-il, je crois que bientôt le Seigneur va me retirer de ce monde, J'ai une grande chose à vous recommander avant de mourir. Promettez-moi, mon fils, de l'observer. Faites l'aumône tous les jours de votre vie ; ne détournez jamais vos regards des pauvres. Faites l'aumône en la manière que vous pourrez. Si vous avez beaucoup, donnez beaucoup ; si vous avez peu, donnez peu, mais donnez de bon cœur et avec joie. Par là, vous amasserez de grands trésors pour le jour du Seigneur. Ne perdez jamais de vue que l'aumône efface nos péchés et nous préserve d'en commettre d'autres. Le Seigneur a promis qu'une âme charitable ne tombera pas dans les ténèbres de l'enfer, où il n'y a plus de miséricorde. Non, mon fils, ne méprisez jamais les pauvres, et ne fréquentez point ceux qui les méprisent, parce que le Seigneur vous perdrait. La maison, lui dit-il, de celui qui fait l'aumône, prend son fondement sur les pierres dures qui ne s'écrouleront point, tandis que celui qui refusera l'aumône, sa maison tombera par les fondements » ; voulant nous montrer par là, M.F., qu'une maison charitable ne deviendra jamais pauvre, et qu'au contraire, ceux qui sont durs, envers les pauvres périront avec leurs biens.
Le prophète Daniel nous dit : « Si nous voulons porter le Seigneur à oublier nos péchés, faisons l'aumône, et de suite le Seigneur les effacera de sa mémoire. » Le roi Nabuchodonosor ayant eu pendant la nuit un songe qui l'avait entièrement effrayé, fit venir le prophète Daniel en le priant de lui expliquer ce songe. Le prophète lui dit : « Prince, vous allez être chassé de la compagnie des hommes, vous mangerez l'herbe comme une bête, la rosée du ciel trempera votre corps,, et vous resterez sept ans dans cet état, afin que vous reconnaissiez que tous les royaumes appartiennent à Dieu, qu'il les donne à qui il lui plaît, et qu'il les ôte quand il lui plaît. Prince, ajouta le prophète, voici le conseil que je vous donne : Rachetez vos péchés par l'aumône, et vos iniquités par vos bonnes œuvres envers les malheureux ». En effet, le Seigneur se laissa tellement toucher par ces aumônes et toutes ces bonnes œuvres que le roi fit envers les pauvres, qu'il lui rendit son royaume et lui pardonna ses péchés .
  Nous voyons encore que du temps des premiers chrétiens, les fidèles semblaient n'être contents d'avoir du bien que pour avoir le plaisir de le donner à Jésus-Christ dans la personne des pauvres ; nous voyons dans les Actes des apôtres que leur charité était si grande, qu'ils ne voulaient rien avoir en particulier. Un grand nombre vendaient leurs biens pour en donner l'argent aux pauvres . Saint Justin nous dit : « Quand nous n'avions pas le bonheur de connaître Jésus-Christ, nous avions toujours peur que le pain nous manque ; mais depuis que nous avons le bonheur de le connaître, nous n'aimons plus les richesses. Si nous en gardons quelque peu, c'est pour en faire part à nos frères pauvres ; et nous vivons beaucoup plus contents maintenant que nous ne cherchons que Dieu seul ».
Écoutez Jésus-Christ lui-même qui nous dit dans l'Évangile : « Si vous faites l'aumône, je bénirai vos biens d'une manière toute particulière. Donnez, nous dit-il, et il vous sera donné ; si vous donnez en abondance, il vous sera donné avec abondance . » Le Saint-Esprit nous dit par la bouche du Sage : « Voulez-vous devenir riches ? Faites l'aumône, parce que le sein de l'indigent est un champ très fertile qui rend cent pour un . » Saint Jean, surnommé l'Aumônier, à cause de sa charité pour les pauvres, nous dit que plus il donnait, plus il recevait : « Un jour, nous dit-il, je trouvai un pauvre sans habit, je lui donnai celui que j'avais sur moi. De suite, une personne me donna de quoi en avoir plusieurs. » Le Saint-Esprit nous dit que celui qui méprisera le pauvre sera malheureux tous les jours de sa vie .
Le saint roi David nous dit : « Mon fils, ne souffrez pas que votre frère meure de misère, si vous avez de quoi lui donner, parce que le Seigneur promet une bénédiction abondante pour celui qui soulage le pauvre et il veillera à sa conservation  : » Et il ajoute que ceux qui seront miséricordieux envers les pauvres, le Seigneur les préservera d'une mauvaise mort . Nous en trouvons un bel exemple dans la personne de la veuve de Sarepta. Le Seigneur envoya son prophète Élie pour la soulager dans sa pauvreté, tandis qu'il laissa toutes les veuves d'Israël souffrir la faim. Si vous en voulez savoir la raison : « C'est, dit le Seigneur à son prophète, qu'elle a été charitable tous les jours de sa vie. » Le prophète lui dit : « Votre charité vous a mérité une protection toute particulière de Dieu ; les riches, avec leur argent, périront de faim ; mais pour vous, vous êtes si charitable envers les pauvres ; que vous serez soulagée, car vos provisions ne diminueront pas jusqu'à la fin de la famine . »

II. – En second lieu, nous avons dit que ceux qui auront fait l'aumône ne craindront pas le jour du jugement général. Il est certain que ce moment sera terrible : le prophète Joël l'appelle le jour des vengeances du Seigneur, jour sans miséricorde, jour effrayant et désespérant pour le pécheur . « Mais, nous dit ce saint, voulez-vous que ce jour soit pour vous non un jour de désespoir, mais de consolation : faites l'aumône et vous serez heureux. »
Un autre saint nous dit : « Si vous ne voulez pas craindre le jugement, faites l'aumône et vous serez bien reçu de votre juge. » D'après cela, M.F., ne dirait-on pas que notre salut est attaché à l'aumône ? En effet, Jésus-Christ, quand il nous parle du jugement qu'il nous fera subir, ne nous parle uniquement que de l'aumône, en disant aux bons : « J'ai eu faim et vous m'avez donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire ; j'ai été nu et vous m'avez revêtu ; j'ai été en prison et vous m'êtes venu visiter. Venez posséder le royaume de mon Père, qui vous a été préparé dès le commencement du monde. » Au contraire, il dira aux pécheurs : « Retirez-vous de moi, maudits : j'ai eu faim et vous ne m'avez pas donné à manger ; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire ; j'ai été nu, et vous ne m'avez pas revêtu, j'ai été malade et en prison et vous n'êtes pas venu me visiter. » – « Quand est-ce, lui diront les pécheurs, que nous vous avons fait tout cela ? » – « Toutes les fois que vous avez manqué de le faire aux plus petits des miens, qui sont les pauvres . » Vous voyez, M. P., le jugement ne se fait que sur l'aumône.
Peut-être que cela vous étonne ? Hé ! M.F., cela n'est pas difficile à comprendre. C'est que celui qui a une véritable charité dans l'âme, qui ne cherche que Dieu et qui ne veut que lui plaire, possède toutes les autres vertus dans un haut degré de perfection, comme nous le verrons tout à l'heure. Il est certain que la mort effraie les pécheurs et même les plus justes, à cause du terrible rendement de compte qu'il faudra faire à un Dieu qui dans ce moment sera sans miséricorde. Cette pensée a fait trembler saint Hilarion, qui, depuis plus de soixante-dix ans, pleurait ses péchés ; et saint Arsène, qui avait quitté la cour de l'empereur pour aller passer sa vie entre deux rochers et y pleurer tout le reste de sa vie. Quand il pensait au jugement, il faisait trembler son pauvre grabat. Le saint roi David, pensant à ses péchés, s'écriait : « Ah ! Seigneur, ne, pensez plus à mes péchés. » Il nous dit encore : « Faites l'aumône de votre bien et vous ne craindrez pas ce moment si épouvantable pour le pécheur. » Écoutez Jésus-Christ lui-même qui nous dit : « Bienheureux les miséricordieux, parce qu'ils obtiendront eux-mêmes miséricorde . » Dans un autre endroit, il dit : « Comme vous aurez traité votre frère, vous serez traité . » C'est-à-dire que si vous avez eu pitié de votre frère pauvre, Dieu aura pitié de vous.
Nous lisons dans les Actes des apôtres qu'il y avait à Joppé une bonne veuve qui venait de mourir. Les pauvres coururent devant saint Pierre pour le prier de venir la ressusciter ; les uns lui montraient des habits que leur avait fait cette bonne veuve, les autres autre chose . Saint Pierre laissa couler ses larmes. « Le Seigneur est trop bon, leur dit-il, pour ne pas vous accorder ce que vous demandez. » Il s'approcha de la morte, en lui disant : « Levez-vous, vos aumônes vous valent une seconde fois la vie. » Elle se lève et saint Pierre la rend à ses pauvres. Ce n'est pas seulement les pauvres, M.F., qui prieront pour vous, mais les aumônes elles-mêmes qui seront comme autant de protecteurs auprès du bon Dieu, qui demanderont grâce pour vous. Nous lisons dans l'Évangile que le royaume des cieux est semblable à un roi qui fit rendre compte à ses serviteurs de ce qu'ils lui devaient. On lui en présenta un qui devait dix mille talents. Parce qu'il n'avait pas de quoi payer, le roi commanda aussitôt de le faire mettre en prison avec toute sa famille jusqu'à ce qu'il lui eût payé tout ce qu'il devait. Mais le serviteur se jeta à ses pieds et le pria en grâce d'attendre quelque temps, qu'il le paierait aussitôt qu'il le pourrait. Ce maître, étant touché de compassion, lui fit la remise de tout ce qu'il lui devait. Ce serviteur étant sorti de là, rencontra son compagnon qui lui devait cent deniers, le prit à la gorge en lui disant : « Rends-moi ce que tu me dois. » L'autre le suppliait de lui donner quelque temps, qu'il le paierait ; mais il ne le voulut pas, il le fit mettre en prison jusqu'à ce qu'il eût payé. Le maître, irrité de cette conduite, lui dit : « Méchant serviteur, ne deviez-vous pas avoir pitié de votre frère comme j'ai eu pitié de vous  ? »
Voilà, M.F.., la manière dont Jésus-Christ traitera au jour du jugement, ceux qui auront été bons et miséricordieux envers leurs frères les pauvres, représentés par la personne du débiteur recevant miséricorde de la part de Jésus-Christ même ; mais ceux qui auront été cruels et durs envers les pauvres, il leur arrivera comme à ce malheureux, à qui le maître, qui est Jésus-Christ, commanda qu'on lui liât pieds et mains pour le jeter dans les ténèbres extérieures, où il y a des pleurs et des grincements de dents. Vous voyez donc, M.F., qu'il est impossible à une personne qui est charitable d'être damnée.

III. – Troisièmement, M.F., ce qui nous doit porter à faire l'aumône avec joie et de bon cœur, c'est que nous la faisons à Jésus-Christ lui-même. Nous lisons dans la, vie de sainte Catherine de Sienne qu'une fois trouvant un pauvre, elle lui donna une croix ; une autre fois, elle donna sa robe à une pauvre femme. Quelques jours après, Jésus-Christ lui apparut, en lui disant qu'il avait reçu cette croix et cette robe qu'elle avait mises dans la main de ses pauvres, et qu'elles lui avaient été si agréables qu'il attendait le jour du jugement pour les montrer à tout l'univers. Saint Jean Chrysostome nous dit : « Mon fils, donnez un morceau de pain à votre frère pauvre, et vous recevrez le paradis ; donnez un peu, et vous recevrez beaucoup ; donnez les biens périssables, et vous recevrez des biens éternels. Pour les présents que vous donnez à Jésus-Christ en la personne des pauvres, vous recevrez une récompense éternelle ; donnez un peu de terre et vous recevrez le ciel. » Saint Ambroise nous dit que l'aumône est presque un second baptême et un sacrifice de propitiation, qui apaise la colère de Dieu et nous fait trouver grâce devant le Seigneur. Oui, M.F., et cela est si vrai que, quand nous donnons, c'est à Dieu même que nous donnons.
Nous lisons dans la vie de saint Jean de la Croix, qu'un jour, ayant trouvé un pauvre tout couvert de plaies, il le prit et le porta dans son hôpital qu'il avait fondé en faveur des pauvres. Lorsqu'il fut arrivé et qu'il lui eut lavé les pieds pour le mettre dans son lit, il s'aperçut que les pieds du pauvre étaient percés. Tout étonné, et levant les yeux, il reconnut Jésus-Christ lui-même, qui s'était caché sous la forme de ce pauvre pour exciter sa compassion. Il lui dit : « Jean, je prends plaisir de voir combien tu as soin des miens et des pauvres. » Une autre fois, il trouva un enfant tout misérable ; il le chargea sur ses épaules, puis passant près d'une fontaine, il lui dit de descendre, parce qu'il était fatigué, il voulait boire de l'eau. C'était encore Jésus-Christ lui-même qui lui dit : « Jean, ce que tu fais à mes pauvres, c'est comme si tu le faisais à moi-même. »
Les services que l'on rend aux pauvres et aux malades sont si agréables à Dieu que nombre de fois, l'on a vu des anges descendre du ciel pour aider de leurs mains saint Jean à servir ses malades, après quoi ils disparaissaient.
Nous lisons dans la vie de saint François-Xavier, qu'allant prêcher dans le pays des barbares il trouva dans son chemin un pauvre tout couvert de lèpre : il lui donna l'aumône. Quand il eut fait quelques pas, il se repentit de ne l'avoir pas embrassé pour lui montrer combien il prenait part à ses souffrances. Se retournant pour le voir, il ne vit personne : c'était un ange qui s'était mis sous la forme de ce pauvre. Dites-moi, quel regret au jugement pour ceux qui auront méprisé et raillé les pauvres, lorsque Jésus-Christ leur montrera que c'est à lui-même qu'ils ont fait injure. Mais aussi, M.F., quelle joie pour ceux qui verront que le bien qu'ils ont fait aux pauvres, c'est à Jésus-Christ lui-même qu'ils l'ont fait. « Oui, leur dira Jésus-Christ, c'est moi-même que vous êtes venu voir dans la personne de ce pauvre ; c'est à moi-même que vous avez rendu service ; c'est à moi à qui vous avez donné l'aumône à votre porte. »
Cela est si vrai, M.F., qu'il est rapporté dans l'histoire qu'un saint pape  avait tous les jours à sa table douze pauvres en l'honneur des douze apôtres. Un jour, voyant qu'il y en avait treize, il demanda à celui qui en était chargé pourquoi est-ce qu'il en avait treize au lieu de douze, comme il lui avait commandé. – « Saint Père, lui dit son économe, je n'en vois que douze. » Mais pour lui il en voyait toujours treize. Il demanda à ceux qui étaient à côté de lui s'ils n'en voyaient pas treize. Ils lui répondirent qu'ils n'en voyaient que douze. Après qu'ils eurent mangé, il prit par la main le treizième : il l'avait distingué en ce qu'il l'apercevait de temps en temps changeant de couleur ; il le mena dans sa chambre, lui de-manda qui il était ? Cet homme lui répondit qu'il était un ange qui s'était mis sous la forme d'un pauvre ; qu'il avait déjà reçu de lui une aumône lorsqu'il était religieux, et que le bon Dieu, en considération de sa charité, l'avait chargé de le garder pendant toute sa vie, et de lui faire connaître tout ce qu'il faudrait faire pour bien se conduire dans tout ce qu'il devait faire pour le bien de son âme et le salut de son prochain. Voyez-vous, M.F., combien Dieu le récompensa de sa charité.
Ne dirions-nous pas que notre salut semble être attaché à l'aumône ?
Voyez ce qui arriva à saint Martin qui passait dans une rue. Il rencontra un pauvre extrêmement misérable, il en fut si touché que, n'ayant rien de quoi le soulager, il coupe la moitié de son habit et le lui donne. La nuit suivante, Jésus-Christ lui apparut avec la moitié de son habit, environné d'une troupe d'anges à qui il disait : « Martin, qui n'est encore que catéchumène, m'a donné la moitié de son manteau (quoique saint Martin ne l'eût donné qu'à un passant). » Non, M.F., nous ne trouvons point d'actions pour lesquelles le bon Dieu fasse tant de miracles qu'il en fait en faveur des aumônes. Il est rapporté dans l'histoire qu'un bourgeois, rencontrant un pauvre, fut touché de sa misère jusqu'à verser des larmes. Sans rien examiner, il prend son habit de dessus et le lui donne. Quelques jours après, il apprit que ce pauvre l'avait vendu et en eut beaucoup de chagrin. Étant en prières, il disait à Jésus-Christ : « Mon Dieu, je vois bien que je ne méritais pas que ce pauvre portât mon habit. » Notre-Seigneur lui apparut tenant son habit entre les mains, et lui disant : « Reconnais-tu cet habit ? » II se mit à crier : « Ah, mon Dieu, c'est celui que j'ai donné à ce pauvre. » – « Tu vois bien qu'il n'est pas perdu, et que tu m'as fait plaisir en me le donnant dans la personne du pauvre. »
  Saint Ambroise nous dit que comme il donnait l'au-mône à plusieurs pauvres, il se trouva un ange mêlé avec les pauvres : il reçut son aumône en souriant, et dis-parut. Nous pouvons dire, M.F., d'une personne qui est charitable, quelque misérable qu'elle soit, qu'il y a grande espérance pour son salut. Nous lisons dans les Actes des apôtres qu'après la résurrection de Jésus-Christ il apparut à saint Pierre en lui disant : « Va trouver le centenier Corneille, car ses aumônes sont montées jus-qu'à moi ; elles lui ont mérité le salut. » Saint Pierre alla trouver Corneille qu'il trouva en prières, et il lui dit : « Vos aumônes ont été si agréables~à Dieu, qu'il m'envoie pour vous annoncer le royaume du ciel et vous baptiser . » Vous voyez, M.F., que ses aumônes furent cause que lui et toute sa famille furent baptisés.
Mais voici un exemple qui va vous montrer combien l'aumône a de pouvoir pour arrêter la justice de Dieu. Il est rapporté dans l'Histoire de l'Église, que l'empereur Zénon prenait plaisir à faire du bien aux pauvres, mais il était fort sensuel et voluptueux, si bien qu'il avait enlevé la fille d'une dame honnête et vertueuse, et qu'il en abusait au grand scandale de tout le monde. Cette pauvre mère, désolée presque jusqu'au désespoir, allait souvent à l'église de Notre-Dame se plaindre du tort qu'on faisait à sa fille : « Vierge sainte, lui disait-elle, n'êtes-vous pas le refuge des misérables, l'asile des affligés et la protectrice des faibles ? Comment donc permettez-vous cette oppression si injuste, ce déshonneur que l'on fait à ma famille ? » La Sainte Vierge lui apparut et lui dit : « Sachez, ma fille, qu'il y a longtemps que mon fils aurait pris vengeance de l'injure qu'on vous fait ; mais cet empereur a une main qui lie celle de mon fils et qui arrête le cours de sa justice. Les aumônes qu'il fait avec abondance l'ont empêché d'être puni jusqu'à présent. »
Voyez-vous, M.F., combien l'aumône est puissante pour empêcher que le bon Dieu nous punisse après que nous l'avons tant de fois mérité. Saint Jean l'Aumônier, patriarche d'Alexandrie, nous rapporte un exemple fort remarquable qui lui est arrivé à lui-même. Il nous raconte qu'un jour il avait vu plusieurs pauvres assis et se chauffant au soleil en hiver ; ils comptaient entre eux les maisons dont les habitants donnaient l'aumône et celles où on la donnait de mauvaise grâce ou dont ils ne recevaient jamais rien. Ils en vinrent à parler de la maison d'un mauvais riche qui ne leur donnait jamais l'aumône, ils en parlaient fort mal, lorsque l'un d'entre eux dit à ses compagnons que s'ils voulaient gager avec lui, il irait lui demander l'aumône, qu'il était sûr qu'il en recevrait quelque chose.
Les autres lui dirent qu'ils voulaient bien gager, mais qu'il était sûr d'être rebuté et de ne rien avoir ; que n'ayant jamais rien donné, il ne voulait pas commencer ce jour-là. Étant convenus ensemble, il va trouver le riche et lui demande avec beaucoup d'humilité de lui donner quelque chose au nom de Jésus-Christ. Ce riche fut si fort en colère que, ne trouvant point de pierre pour lui jeter à la tête, et voyant son domestique qui venait de chez le boulanger chercher du pain pour ses chiens, il en attrape un avec une fureur épouvantable et le lui jette à la tête. Le pauvre, pour gagner ce qu'il avait gagé avec ses compagnons, va vite le ramasser, et le porte à ses camarades pour leur montrer que ce riche lui avait fait une bonne aumône .
Deux jours après, ce riche tombe malade, et étant près de mourir, il lui sembla voir en dormant qu'il était au tribunal de Jésus-Christ pour être jugé. Il crut voir quelqu'un qui présentait une balance pour peser le bien et le mal. Il vit Dieu d'un côté, et de l'autre le démon qui présenta les péchés qu'il avait commis pendant sa vie et qui étaient en grand nombre. Le bon ange n'avait rien pour mettre de son côté ; il ne voyait aucune bonne œuvre pour faire le contre-poids. Le bon Dieu lui demanda ce qu'il avait à mettre de son côté. Le bon ange, tout triste de ne l'en avoir, lui dit en pleurant : « Hélas !Seigneur, il n'y a rien. » Mais Jésus-Christ lui dit : « Et ce pain qu'il a jeté par la tête de ce pauvre : Mettez-le dans la balance et il emportera le poids de ses péchés. » En effet, l'ange l'ayant mis dans la balance, il fit tomber la balance du bon côté. Alors, son ange le regarda en lui disant : « Misérable, sans ce pain tu allais être jeté en enfer, va faire pénitence tant que tu pourras, donne tout ce que tu pourras aux pauvres, sans quoi tu seras damné. » S'étant éveillé, il alla trouver saint Jean l'Aumônier, lui conta sa vision et toute sa vie, en pleurant amèrement son ingratitude envers Dieu, de qui il tenait tout ce qu'il avait, et sa dureté pour les pauvres, en lui disant : « Ah ! mon père, un seul pain donné de mauvaise grâce à un pauvre, me tire d'entre les mains, du démon, combien je peux me rendre Dieu favorable en lui donnant tout mon bien dans la personne des pauvres ! » Il alla si loin, que, dès qu'il trouvait un pauvre, s'il n'avait rien, il quittait son habit et changeait avec lui ; il passa toute sa vie à pleurer ses péchés, donnant aux pauvres tout ce qu'il possédait.
Que pensez,-vous de cela, M.F. ? N'est-ce pas que vous ne vous êtes jamais formé une idée de la grandeur de l'aumône ?
Mais cet homme alla encore plus loin. Vous allez le voir passant par une rue : il rencontra un valet qui autrefois avait été à son service ; sans avoir ni respect humain ni autre chose, il lui dit : « Mon ami, peut-être que je ne t'ai pas assez récompensé de tes peines ; fais-moi une grâce mène-moi à la ville, et tu me vendras, afin que tu sois récompensé du tort que j'aurais pu te faire en ne te payant pas assez. » Il le vendit trente deniers. Plein de joie de se voir réduit au dernier degré de pauvreté, il servait son maître avec un plaisir incroyable : ce qui donna une telle jalousie aux autres, qu'ils le méprisaient et le frappaient très souvent. Jamais on ne lui vit ouvrir la bouche pour se plaindre. Le maître s'apercevant de ce que l'on faisait à son esclave qu'il aimait, leur fit de grands reproches, comment ils osaient le traiter ainsi. Il appela le riche converti, dont il ne connaissait pas même le nom, et lui demanda qui il était, quelle était sa condition. Le riche lui raconta tout ce qui lui était arrivé, ce qui toucha son maître qui était l'empereur lui-même. Il en fut si étonné et si touché, qu'il se mit à verser des larmes avec abondance, se convertit sur le champ et passa toute sa vie à faire des aumônes autant qu'il lui fut possible. Dites-moi, avez-vous bien senti la grandeur du mérite de l'aumône, combien elle est méritoire pour celui qui l'a faite ? M.F., je vous dirai, de l'aumône et de la dévotion à la Sainte Vierge, qu'il est impossible que celui qui la fait de bon cœur soit perdu. Ne soyons donc pas étonnés, M.F., si cette vertu a été commune à tous les saints de l'ancien et du nouveau Testament.
 Je sais bien, M.F., que celui qui a le cœur dur, est avare et insensible aux misères de son prochain ; il trouvera mille excuses pour ne pas faire l'aumône. Vous me direz : « Il y a de bons pauvres et il y en a bien qui ne valent rien : les uns mangent dans les cabarets ce qu'on leur donne ; les autres dans les jeux ou en gourmandises. » – Cela est très vrai, il y a bien peu de pauvres qui fassent un bon usage du bien qu'ils reçoivent de la main des riches, ce qui nous prouve qu'il y a très peu de bons pauvres. Les uns murmurent dans leur pauvreté, si on ne leur donne pas autant qu'ils veulent ; les autres portent envie aux riches, les maudissent même, en leur souhaitant que le bon Dieu leur fasse perdre leurs biens, afin, disent-ils, qu'ils apprennent ce que c'est que la misère. Nous convenons que cela est très mal ; c'est précisément ceux-là que l'on appelle de mauvais pauvres, mais à tout cela, je n'ai qu'un mot à vous dire, et le voici : c'est que ces pauvres que vous blâmez en disant que ce sont de fameux mange-tout, qui n'ont point de conduite, qu'il n'y a point de pauvres sans cause, ils ne vous demandent pas l'aumône en leur nom, mais au nom de Jésus-Christ. Qu'ils soient bons ou mauvais, peu importe, puisque c'est Jésus-Christ lui-même à qui vous donnez, comme nous venons de voir par ce que nous avons dit. C'est donc Jésus-Christ lui-même qui va vous en récompenser.
Mais, me direz-vous, c'est une mauvaise langue, c'est un vindicatif, c'est un ingrat. – Mais, mon ami, tout cela ne vous regarde pas : vous avez de quoi faire l'aumône au nom de Jésus-Christ, dans la pensée de plaire à Jésus-Christ ; de racheter vos péchés : laissez tout le reste de côté ; vous avez affaire à Dieu ; soyez bien tranquille ; vos aumônes ne seront pas perdues dans les mauvais pauvres que vous méprisez. D'ailleurs, mon ami, ce pauvre qui vous a scandalisé, il y a huit jours, que vous avez vu dans le vin ou dans quelque débauche, qui vous a dit qu'il n'est pas converti aujourd'hui et très agréable à Dieu ? Voulez-vous, mon ami, savoir pourquoi vous trouvez tant de prétextes pour vous exempter de faire l'aumône ? Écoutez une parole, vous y reconnaîtrez la vérité, si ce n'est aujourd'hui, vous la reconnaîtrez du moins à l'heure de la mort : c'est que l'avarice a pris racine dans votre cœur : Otez cette maudite plante, et vous aimerez à faire l'aumône : vous serez content de la faire, vous en ferez votre joie. » Ah ! dites-vous, quand je n'ai rien, personne ne me donne rien. » – Personne ne vous donne rien ? Ah ! mon ami, de qui vient ce que vous avez ? N'est-ce pas de la main de Dieu qui vous l'a donné, de préférence à tant d'autres qui sont pauvres et bien moins pécheurs que vous ? Pensez donc à Dieu, mon ami... Voulez-vous donner quelque chose de plus, donnez ; vous aurez ainsi le bonheur de racheter vos péchés en faisant du bien à votre prochain.
Savez-vous, M.F., pourquoi nous n'avons pas de quoi donner aux pauvres, et pourquoi nous ne sommes jamais contents de ce que nous avons ? Vous n'avez pas de quoi faire l'aumône, mais vous avez bien de quoi acheter des terres ; vous avez toujours peur que la terre vous manque. Ah ! mon ami, attendez que vous ayez trois ou quatre pieds de terre sur la tête, vous serez alors bien satisfait. N'est-ce pas, mon père, que vous n'avez pas de quoi faire l'aumône, mais vous avez bien de l'argent pour acheter des terres ? Dites plutôt que cela ne vous fait rien, que vous soyez damné ou sauvé, pourvu que votre avarice soit contente. Vous aimez à vous agrandir, parce que les riches sont honorés et respectés, tandis que les pauvres sont méprisés. N'est-ce pas, ma mère, que vous n'avez rien de quoi donner aux pauvres, mais il faut acheter des vanités à vos filles, il faut leur acheter des mouchoirs garnis de dentelles, il faut leur faire porter deux ou trois rangs de cols, il faut acheter des boucles d'oreille et des chaînes, une collerette. – « Ah ! me direz-vous, si je leur fais porter cela, je ne demande rien à personne, c'est nécessaire ; ne vous fâchez pas de cela. »- Ma mère, je vous le dis seulement en passant, afin qu'au jour du jugement vous vous rappeliez bien que je vous l'ai dit : Vous ne demandez rien à personne, cela est bien vrai ; mais je vous dirai que vous n'êtes pas moins coupable, et aussi coupable que si vous trouviez un pauvre en chemin et que vous preniez le peu d'argent qu'il a. – « Ah ! me direz-vous, si j'emploie cet argent pour mes enfants, je sais bien ce qu'il me coûte. » – Et moi, je vous dirai aussi, quoique vous ne vouliez pas en convenir, que vous êtes coupable aux yeux de Dieu, et cela suffit pour vous perdre. Si vous me demandez, pourquoi cela ? Mon ami, parce que votre bien n'est pas autre chose qu'un dépôt que le bon Dieu vous a mis entre les mains ; après votre nécessaire et celui de votre famille, le reste est dû aux pauvres. Combien qui ont de l'argent qu'ils tiennent enfermé, tandis que tant de pauvres meurent de faim ! Combien d'autres qui ont quantité de vêtements, tandis que des malheureux souffrent le froid ! N'est-ce pas, mon ami, que vous êtes en condition et que vous n'avez pas de quoi faire l'aumône, vous n'avez que vos gages ? Vous auriez tout de même de quoi faire l'aumône, si vous vouliez ; vous avez bien de quoi faire damner les filles, de quoi aller au cabaret, au bal. – « Mais, me direz-vous, nous sommes pauvres ; à peine avons-nous de quoi vivre. » – Mon ami, si le jour de la fête patronale vous faisiez moins de dépenses, vous auriez de quoi donner aux pauvres.
Combien de fois n'êtes-vous pas allé à Villefranche pour vous y amuser, sans avoir rien à faire, et à Montmerle, et le reste. N'allons pas plus loin, la vérité est trop claire : cela pourrait vous fâcher. Hélas ! M.F., si les saints avaient fait comme nous, ils n'auraient pas eu de quoi faire l'aumône, mais ils savaient combien ils avaient besoin de la faire, et ils épargnaient autant qu'ils pouvaient pour cela et ils avaient toujours quelques réserves. D'ailleurs, M.F., la charité ne se fait pas toute avec de l'argent. Vous pouvez aller voir un malade, lui tenir compagnie un moment, lui faire quelque chose, faire son lit, ou lui préparer ses remèdes, le consoler dans ses peines, lui faire une lecture de piété. Cependant, il faut vous rendre ce témoignage de justice que, généralement, vous aimez à faire l'aumône aux malheureux, que vous en prenez compassion. Mais ce que je vois, c'est que très peu le font de manière à en recevoir la récompense, et voici pourquoi : les uns le font afin de passer pour être homme de bien, les autres, par compassion, et parce qu'ils sont touchés de la misère des autres ; d'autres, parce qu'ils les aiment, qu'ils sont bons, qu'ils les applaudissent dans leur manière de vivre, peut-être d'autres parce qu'ils leur rendent quelques services ou bien qu'ils en espèrent quelques-uns. Eh bien ! M.F., tous ceux qui, dans leurs aumônes, n'ont que ces vues là, n'ont point les qualités qu'il faut avoir pour rendre l'aumône méritoire. Il y en a qui ont des pauvres qui leur plaisent et à qui ils donneraient tout ce qu'ils ont ; mais pour les autres, ils ont le cœur cruel. Tout cela, M.F., n'est pas autre chose que la manière dont se conduisent les païens, qui, malgré leurs bonnes couvres, ne seront pas sauvés.
Mais, pensez-vous en vous-mêmes, comment faut-il donc faire l'aumône, afin qu'elle soit méritoire ? M.F., le voici en deux mots, écoutez-le bien : c'est d'avoir en vue, dans tout le bien que nous faisons pour notre prochain, de plaire à Dieu qui nous le commande, et de sauver nos âmes. Toutes les fois que vos aumônes ne sont pas accompagnées de ces deux pensées, votre bonne œuvre est perdue pour le ciel. C'est pour cela qu'il y a si peu de bonnes œuvres qui nous accompagneront devant le tribunal de Dieu, parce que nous les faisons tout humainement. Nous aimons quand on nous en remercie, quand on en parle, quand on nous rend quelque service, nous aimons même en parler pour montrer que nous sommes charitables. Nous avons des préférences ; il y en a à qui nous donnons sans mesure, et d'autres à qui nous ne voulons rien donner, bien plus, nous les méprisons.
Prenons bien garde, M.F., quand nous ne voulons ou ne pouvons pas les secourir, ne les méprisons jamais, parce que c'est Jésus-Christ lui-même que nous méprisons. Le peu que nous donnons, donnons-le de bon cœur dans la pensée de plaire à Dieu et de racheter nos péchés. Celui qui a une véritable charité n'a point de préférence, il donne à ses ennemis comme à ses amis, tout également, aux uns comme aux autres, avec la même joie et le même empressement. S'il avait quelque préférence à faire, ce serait plutôt de donner à ceux qui lui ont fait quelque peine. C'est ce que faisait saint François de Sales. Il y en a qui, quand ils ont fait du bien à quelques personnes, si ces personnes leur font quelques peines, ils leur reprochent vite les services qu'ils leur ont rendus. Vous vous trompez, vous en perdez toute la récompense. Savez-vous bien que cette personne vous l'a demandé au nom de Jésus-Christ, et que vous-même l'avez fait pour plaire à Dieu et racheter vos péchés ? Le pauvre n'est qu'un instrument dont Dieu se sert pour vous faire faire ce bien, et rien autre. Voilà encore un piège que le démon vous tend et souvent à nombre d'âmes : c'est de remettre nos bonnes œuvres dans notre esprit, afin de nous y faire prendre plaisir et pour nous en faire perdre la récompense. Il faut, quand le démon nous les met devant les yeux, vite les renvoyer comme une mauvaise pensée.
Que devons-nous conclure de tout cela, M.F. ? Le voici : c'est que l'aumône est d'un si grand mérite aux yeux de Dieu, et si puissante pour nous attirer ses miséricordes, qu'elle semble mettre notre salut en sûreté. Il faut faire l'aumône tant que nous pouvons, tandis que nous sommes sur la terre ; nous serons toujours assez riches si nous avons le bonheur de plaire à Dieu et de sauver notre âme ; mais il ne faut la faire qu'avec des intentions bien pures, c'est-à-dire tout pour Dieu et rien pour le monde. Que nous serions heureux, si nous avions le bonheur que toutes les aumônes que nous aurons faites pendant notre vie nous accompagnent devant le tribunal de Jésus-Christ pour nous aider à gagner le ciel ! C'est le bonheur que je vous souhaite.